• fr
  • en

Avec la mission Sphyrna Odyssey Quiet Sea, deux drones marins, propulsés par des énergies renouvelables, ont écouté les cétacés en mer Méditerranée pendant et après le confinement lié à la crise sanitaire du Coronavirus.

Une occasion historique de pouvoir observer la faune marine dans le quasi-silence et de mesurer l’impact de la pollution acoustique. L’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement prises par les différents Etats de la planète ont eu un effet radical: diminuer le trafic maritime et aérien. Afin de mesurer l’impact de cette faible pollution acoustique sur le comportement des cétacés en Méditerranée, la mission scientifique Sphyrna Odyssey a lancé, le 23 avril 2020, l’opération Quiet Sea.

Financée par la Fondation Prince Albert II de Monaco, cette mission a permis de réaliser des enregistrements acoustiques dans le sanctuaire Pelagos, en Méditerranée,  et d’évaluer également l’impact de la reprise du trafic maritime sur ces populations de cétacés ayant vécu environ 10 semaines dans une mer silencieuse.

Ces observations, menées sous la direction scientifique du Professeur Hervé Glotin de l’Université de Toulon, ont été effectuées grâce à deux navires autonomes de surfaces Sphyrna. Conçus et développés par le Bureau d’études navales Sea Proven, ces deux prototypes à la forme de pirogue sont équipés d’hydrophones, des magnétophones capables d’entendre des sons depuis la surface jusqu’à 2.000 mètres de profondeur.

© Pauline Cottaz
© Pauline Cottaz

« Dans cette mer calme, les animaux parviennent à communiquer sur de plus longues distances, le quadruple de ce qu’ils pouvaient faire avant le confinement. Nous observons des animaux moins stressés qui reprennent leurs droits. »

Hervé Glotin, Directeur scientifique de la mission Sphyrna Odyssey.

Propulsés par un moteur électrique alimenté par les énergies solaire, éolienne et hydrolienne, les Sphyrna sont actuellement les plus grands navires civils de ce type au monde. Ces appareils de mesure distinguent le son des animaux et identifient leurs activités, en fonction des sons émis.

Ces drones évaluent également les pollutions sonores dues aux activités humaines qui perturbent leur environnement, mais aussi les risques de collision entre cétacés et navires. Ces véhicules sans pilote, longs d’une vingtaine de mètres, pourraient bien révolutionner les missions océanographiques : ils peuvent embarquer jusqu’à 1 tonne de matériel.

© Sphyrna Odyssey
© DR

Quiet Sea complète la mission Sphyrna Odyssey 2019 menée entre septembre 2019 et mars 2020. Cette expédition, qui bénéficiait du soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco et de la Société des Explorations de Monaco, avait pour but d’observer et localiser en 3D cinq espèces méconnues (le Ziphius, le dauphin Risso, le Globicéphale, le grand dauphin et le rorqual commun, la seconde plus grande baleine de la planète) dans un vaste espace maritime situé entre Gênes et les Baléares. Une boucle de 1 200 milles marins qui passait au large de Monaco.

L’Odyssée Sphyrna permet ainsi de comparer les enregistrements acoustiques réalisés avant, pendant et après le confinement.

En savoir plus
Fondation Prince Albert II de Monaco

Site officiel
Lifestyle, Tech
Top Marques, le paradis des supercars
Lire la suite
Environnement, International
L’avenir des océans en débat à la Monaco Ocean Week
Lire la suite
Economie, International, Tech
Monaco cible l’Espace
Lire la suite
Environnement, Solidarité
Fondation Prince Albert II de Monaco, ensemble pour la Planète
Lire la suite
Economie, Smart Principality, Tech
La 5G, une technologie aux potentialités infinies
Lire la suite
Economie, Santé, Tech
Coraliotech, les propriétés du corail au service de la santé
Lire la suite
Culture, Tech
Shibuya ressuscite la légende Shenmue
Lire la suite
Environnement, International
Monaco, figure de proue sur l’acidification de l’océan
Lire la suite
Environnement, Lifestyle, Tech
Monaco Energy Boat Challenge, inventer le yachting de demain
Lire la suite