• fr
  • en
© Direction de la Communication - Manuel Vitali

A Monaco, la danse est une tradition depuis les Ballets russes de Diaghilev.
La Compagnie des Ballets de Monte-Carlo cultive cet héritage.

Au début du XXème siècle, l’art chorégraphique à Monaco rimait avec Diaghilev et ses emblématiques Ballets russes. C’était l’âge d’or des Nijinsky, Lifar, Balanchine… Après avoir revisité les règles du ballet, la célèbre compagnie monégasque fut dissoute à la mort de Diaghilev, en 1929.

« Les Ballets de Monte-Carlo sont davantage qu’une compagnie »
 Lire l'interview de Jean-Christophe Maillot

Son histoire a repris en 1985 lorsqu’est née la nouvelle Compagnie des Ballets de Monte-Carlo, avec le soutien de la Princesse Caroline. Depuis 1993, la compagnie est dirigée par Jean-Christophe Maillot.

© Direction de la Communication - Manuel Vitali
© Direction de la Communication - Manuel Vitali

L’ancien danseur et chorégraphe-directeur du Centre Chorégraphique National de Tours a créé un répertoire de plus de 30 ballets, parmi lesquels Vers un pays sage (1995), Roméo et Juliette (1996), Cendrillon (1999) La Belle (2001), Le Songe (2005), Altro Canto (2006), Faust (2007), LAC (2011) ou encore plus récemment Core Meu (2019). En décembre 2019, Jean-Christophe Maillot a livré sa version de la célèbre pièce du répertoire romantique Coppélia, «Coppél-i.A.», qui interroge sur le développement de l’intelligence artificielle dans notre monde. « Le rapport au temps qui passe et le besoin de créer sans cesse » sont au cœur de sa dernière création, Back on Track 61 (2021).

La compagnie monégasque tourne chaque année dans le monde entier.
Le répertoire de Jean-Christophe Maillot est également régulièrement repris par différentes compagnies internationales. Sa Mégère apprivoisée a ainsi été créée pour le Ballet du Théâtre Bolchoï.

Avec son festival, le Monaco Dance Forum, la Principauté a souhaité se positionner comme une vitrine internationale de la danse.

© Direction de la Communication - Manuel Vitali
© Direction de la Communication - Manuel Vitali

Elle accueille d’ailleurs régulièrement des chorégraphes contemporains majeurs (Sidi Larbi Cherkaoui, Shen Wei, Emio Greco, Chris Haring, Marco Goecke, Lucinda Childs, William Forsythe, Jiri Kylian, ou encore Marie Chouinard), qui viennent travailler avec les 50 danseurs de la compagnie monégasque.

Interview

« Les Ballets de Monte-Carlo sont davantage qu’une compagnie »

Son répertoire compte quelque 80 ballets (dont 40 créés à Monaco comme Lac, Roméo et Juliette ou encore La Belle). Jean-Christophe Maillot dirige les Ballets de Monte-Carlo depuis plus de 30 ans. Il nous offre son regard sur cette compagnie internationale.

Monaco et la danse, c’est une grande histoire d’amour. Quelles en ont été pour vous les plus grandes heures ?

Il y a deux moments clés dans l’Histoire de la danse à Monaco. D’abord l’épopée des Ballets Russes en 1909, pour lesquels la Principauté a été un atelier créatif pendant plus de 20 ans. L’ancrage initial de la danse s’est fait à ce moment-là. Le second moment a eu lieu en 1985, lorsque S.A.R. la Princesse de Hanovre a créé l’actuelle Compagnie des Ballets de Monte-Carlo.

Quel est selon vous l’ADN des Ballets de Monte-Carlo ?

Les Ballets de Monte-Carlo sont une structure dirigée par un chorégraphe qui permet à tous les danseurs d’avoir une relation privilégiée à la création. Mais ce qui nous rend singulier, c’est qu’au-delà de mes ballets et du répertoire que j’ai créé ici, nous partageons cet outil avec des chorégraphes de renommée internationale ou de jeunes artistes qui s’aventurent vers des territoires encore inconnus. Et puis les Ballets de Monte-Carlo sont davantage qu’une compagnie ! Il s’agit aussi d’un Festival (Le Monaco Dance Forum) qui nous permet de présenter toutes les formes de danse à Monaco, et d’une école de danse (l’Académie Princesse Grace) qui propose un enseignement de haut niveau à de jeunes danseurs qui intégreront demain les grandes compagnies de danse professionnelles.

Les Ballets de Monte-Carlo ont lancé une plateforme de streaming consacrée à la danse. Quelle est son ambition ?

La plateforme a été créée en réponse à la crise sanitaire actuelle qui nous a privés de tournées. La compagnie entretient un lien fort avec le public dans de nombreux pays et nous ne voulions pas que ce lien soit rompu. L’idée nous est alors venue de proposer un autre mode de représentation de notre art, une autre manière de partager des émotions liées à la danse. Il y a tant de choses à montrer et que le spectateur ignore : qui sont nos danseurs, quel est le travail des maîtres de ballet qui répètent des journées entières dans le studio, comment les danseurs façonnent leurs corps chaque jour au prix d’efforts répétés pour atteindre l’excellence… La plateforme BMC STREAM permet d’explorer cette réalité qui fait notre quotidien. Mais en aucun cas il ne s’agit de se réinventer ou de se substituer à ce qui fait notre raison d’être : danser devant un public.

En savoir plus
Les Ballets de Monte-Carlo

Site officiel
Culture
Des trésors de la Renaissance découverts au Palais Princier
Lire la suite
Culture
Helmut Newton, artiste à l’inspiration monégasque
Lire la suite
Culture, Education, Lifestyle
La langue monégasque, une histoire riche qui se poursuit
Lire la suite
Culture, Lifestyle
Un été Louboutin à Monaco
Lire la suite
Culture, Economie, Tech
Monaco, capitale des mondes virtuels du métavers
Lire la suite
Culture
Les Ballets de Monte-Carlo, pas de deux à Monaco
Lire la suite
Culture, Tech
Shibuya ressuscite la légende Shenmue
Lire la suite
Culture
Cecilia Bartoli, une soprano virtuose bientôt à la tête de l’Opéra de Monte-carlo
Lire la suite
Culture, Lifestyle
La gastronomie monégasque, une cuisine du soleil à la riche histoire
Lire la suite