• fr
  • en

Elu plus beau restaurant historique du monde, le Beefbar Paris incarne la réussite du groupe Giraudi, basé à Monaco depuis les années 70, et promoteur de restaurants d’un genre nouveau.

Fondé dans les années 60 par Erminio Giraudi, le groupe Giraudi est initialement spécialisé dans l’import-export de viande.

Devenu l’un des leaders européens dans le secteur, il vend plus de 90 000 tonnes de viande par an ! Bœuf français, veau hollandais, Black Angus américain sans hormones, bœuf de Kobe japonais : la qualité et la spécialisation de ses viandes font sa renommée…

« L’ADN de mes marques est né à Monaco »
 Lire l'interview de Riccardo Giraudi

Diversifiant son savoir-faire, le groupe familial a peu à peu tissé sa toile dans la restauration.

Sous la direction de Riccardo Giraudi, le fils d’Erminio, a d’abord été créé en 2005 le Beefbar Monaco, initialement conçu pour mettre en valeur les viandes d’exception importées et exportées par Giraudi. Le steakhouse a vite fait des émules, et Beefbar est aujourd’hui présent dans 6 pays, avec des adresses à Mexico, Tulum, Méribel, ou encore Malte.

C’est d’ailleurs à Hong Kong que le Beefbar a décroché sa première étoile en 2016 au guide Michelin.

© Beefbar
© Beefbar

Installé dans l’ancienne Fermette Marbeuf, réputée et classée pour son jardin d’hiver style Belle Epoque, le Beefbar parisien, proche des Champs-Elysées, a lui été récompensé par plus de 500 designers issus du monde entier lors des Restaurant & Bar Design Awards. Le prix décerné, « Heritage Building », salue le travail de restauration effectué par le cabinet d’architectes d’intérieur monégasque Humbert & Poyet.

« Le design a permis de créer des espaces intimes dans un vaste volume. Les interventions contemporaines respectent l’histoire tout en apportant une perspective moderne et fraîche », a expliqué un membre du jury à la presse.

Le groupe Giraudi possède en tout 21 restaurants à travers le monde, dont l’adresse mythique parisienne Anahi, dans le Marais. Huit de ses enseignes (Mozza, La Salière, Song Qi, etc) se situent en Principauté, proposant de la cuisine italienne, chinoise, japonaise ou encore mexicaine.

« Monaco, c’est mon laboratoire. C’est un mini-monde où j’aime faire mes tests », explique en souriant le PDG Riccardo Giraudi.

© beefbar
© beefbar

Ce groupe familial a également étendu ses activités à la mode avec deux sociétés : Fashion Factory, spécialisée dans le déstockage de grandes marques italiennes (Dolce & Gabbana, Moschino, etc) et Miss Bibi, marque de bijoux créée par Brigitte Giraudi.

Il a aussi développé de nombreuses collaborations, notamment avec Pantone.

Interview

« L’ADN de mes marques est né à Monaco »

Riccardo Giraudi est le président-directeur général de Giraudi Group. Spécialisée dans l’import de viandes, cette entreprise familiale monégasque s’est diversifiée dans la restauration depuis 20 ans. Interview.

Il y a aujourd’hui une vingtaine de restaurants Giraudi à travers le monde créés à partir de Monaco. En quoi votre expérience monégasque a-t-elle favorisé cet essor ?

C’est étrange que vous me posiez cette question car j’ai justement donné un cours à l’université de Monaco à ce sujet. C’est en grande partie grâce à Monaco que nos concepts de restauration ont aussi bien marché à travers le monde ! L’ADN de mes marques est né ici, je crois que Monaco fait briller dans l’inconscient collectif un synonyme de luxe et de glamour. Même pour mes marques plus « casual », le fait qu’elles soient originaires de Monaco me permet de les exporter plus facilement. La clientèle y est plus exigeante et diversifiée que dans d’autres pays. Cela m’a permis de toujours exceller … Tous ces facteurs ont rendu les implantations à l’étranger non pas faciles, mais facilitées.

De quel restaurant êtes-vous le plus fier ?

Beefbar. Tout simplement car il a été mon premier succès et car c’est la marque qui lie mon métier d’origine avec ma passion pour la restauration. Aussi, Beefbar est aujourd’hui la marque qui me permet le plus de créativité notamment grâce au nombre fou de plats signatures que j’ai créé avec mon Chef Thierry Paludetto. On est ensemble depuis le début, c’est rare !

Quelles sont vos prochaines perspectives de développement ?

On en a énormément, même si certaines ont été freinées à cause du COVID-19. Tout d’abord, à l’étranger, Beefbar va ouvrir cette année à l’hôtel Cala di Volpe en Sardaigne, ensuite ce sera le tour de Riyad et Doha. A Monaco, j’aimerai faire un nouveau concept de brasserie du sud, un comptoir levantin, et j’ouvre mon nouveau Grubers cet été, toujours rue Caroline.

Ensuite, je lance une dark kitchen, uniquement des restaurants virtuels axés sur la livraison et un concept de pizza à l’échelle européenne. Ce COVID nous a beaucoup heurtés, mais cela m’a aussi permis de réfléchir, de créer énormément, et je reste optimiste.

Economie, Lifestyle
Monaco: plus d’un siècle d’extensions en mer
Lire la suite
Lifestyle
Marché de la Condamine: le cœur du Monaco populaire
Lire la suite
Economie, International, Tech
Monaco cible l’Espace
Lire la suite
Lifestyle
La sécurité, priorité numéro un
Lire la suite
Economie, International
Monaco lutte contre le blanchiment
Lire la suite
Lifestyle
Une unité pour préserver le cadre de vie de Monaco
Lire la suite
Economie, Smart Principality, Tech
La 5G, une technologie aux potentialités infinies
Lire la suite
Economie, Lifestyle
Beefbar, une success story monégasque
Lire la suite
Economie, Santé, Tech
Coraliotech, les propriétés du corail au service de la santé
Lire la suite